Les dragons créateurs

Forum consacré aux auteurs et aux illustrateurs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Louve - Auteur

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Leeloo
Valeureux Chevalier
Valeureux Chevalier


Nombre de messages : 527
Age : 47
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: Louve - Auteur   Sam 19 Aoû - 11:47

Il est dans la cuisine, en train de jouer avec un couteau pour découper une mangue... C19
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.ifrance.com/sacalire
louve
Elfe Divin
Elfe Divin
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 31
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Louve - Auteur   Sam 19 Aoû - 21:27

merci pour vos divers point de vue C31
bientot la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://174464.aceboard.fr/i-174464.htm
bab
Dragon Décorateur
Dragon Décorateur
avatar

Nombre de messages : 743
Age : 42
fonction: : createur de jardin aquatique
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: Louve - Auteur   Dim 20 Aoû - 8:46

Jill.C a écrit:
Et Bab alors qu'est-ce qu'il fait pendant ce temps là C19 C19 C19

je me prend pour VAN ASTEN, C19 , meme si cette histoire de cave me parait un peu louche tout de meme C19 C19 C19
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibi.c-chanal.com
louve
Elfe Divin
Elfe Divin
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 31
Date d'inscription : 20/07/2006

MessageSujet: Re: Louve - Auteur   Dim 20 Aoû - 16:52

la suite pour vous C27


La soirée commença agréablement. Il alluma un feu dans sa sublime cheminée et me proposa un verre de champagne. Il commença alors à m'expliquer sa jeunesse, pourquoi il était venu vivre ici à Londres. Il garda pourtant secrète sa vie en Transylvanie. Je crus comprendre qu'il avait vécu dans le château du très célèbre Dracula. Doucement la discussion fut plus intime. Il me posait des questions sur ma vie, mon enfance. Je ne lui dit pas tout, pensant que j'avais le droit de garder un jardin secret. Il m'expliqua alors que Londres était une très belle ville à ses yeux. Tellement habitée contrairement à la Transylvanie. Il trouvait les femmes anglaises ravissantes et charmantes. Elles n'étaient pas retirées sur-elles même et sortaient, riaient, parlaient aux inconnus. Cette esprit là lui plaisait et cela se voyait.

D'inconnus nous passèrent à confidents. J'aimais le voir sourire et rire en me prenant le bras. Cela avait quelque chose d'électrisant, d'irrésistible. Mais cet homme était irrésistible. Soit il en avait parfaitement conscience soit il jouait bien le jeu, feignant de l'ignorer. Il avait tout de même réussi à me faire entrer chez lui sans que je ne me méfie.

Après avoir bu quelques verres, je me sentis lasse. J'avais envie de dormir mais aussi de rire et de faire l'amour. Et cet homme qui ne cessait de poser ses yeux si ténébreux sur moi me mettait mal à l'aise. Je n'allais tout de même pas perdre le contrôle de moi-même? Il comprit que quelque chose n'allait pas et me posa une question. L'ultime question qui me fit oublier mes principes:

« J'ignore ce qui m'arrive mais je meurs d'envie d'effleurer vos lèvres des miennes. Vous ne ressentez pas ça vous aussi? »

C'est le moment qu'il choisit pour me faire son plus beau sourire. Je le lui rendis bien évidemment et approchais lentement mon visage du sien. Dans un instant nos lèvres allaient se toucher.


Le baiser ne dura qu'un bref instant et me laissa sur ma faim. J'ouvris les yeux et le regardais fixement. Sans un mot mais juste à l'aide d'un regard, il m'avança vers lui sur le canapé et me caressa la nuque. Un feu ardent émanait de nos corps. Il m'embrassa à nouveau. Mais cette fois-ci cela fut plus long: je comprit qu'il me désirait moi toute entière. Qu'il voulait me donner du plaisir et que je lui en donne. Lentement il fit glisser mon gilet. Il déboutonna mon pantalon tout en continuant de m'embrasser. Je sentis alors sa main glisser dans mon dos. Il la ramena alors sur ma poitrine et me la toucha sans un geste brusque. Je décidais de m'y mettre aussi, de l'aider à faire que nos corps se rejoignent dans un unique mouvement similaire. Je lui caressais le dos et remarquais qu'il avait des frissons. Lentement je lui enlevais son pull afin de me coller sur son torse. Ce moment avait quelque chose de si beau, de si romantique. Jamais homme avant lui ne m'avait traité avec tant de douceur, tant de respect.

Une fois son torse nu, je l'allongeais et me mis sur lui. Nos baisers devinrent plus passionnés, plus fiévreux. Le désir rendait ce moment possible. Il décrocha mon soutien gorge et me caressa le dos à nouveau. Ses caresses étaient sensuelles. Puis il baissa mon jean. Ses lèvres oublièrent les miennes quelques instants pour descendre sur mon ventre. Je ne pouvais plus attendre et le laissa baisser ma petite culotte. Il entra alors en moi doucement sans me faire mal. Mes cris et ses râles de jouissance étaient simultanés. Nous étions en parfaite harmonie. Nos corps se comprenaient. En moi-même j'eu peur de perdre à tout jamais cet homme qui me comprenait si bien.Je n'aurais jamais voulu qu'il lui arrive quoi que ce soit.
Nous eûmes l'orgasme en même temps comme si nous étions fait l'un pour l'autre. Il roula alors et s'allongea près de moi. Puis il me prit et me posa la tête sur son épaule. Je venais de connaître un moment de bonheur qui allait être court. Van Asten me caressa les cheveux et me dis:

« Je viens de passer un moment magique. Je voudrais recommencer cette soirée tous les jours avec toi à mes côtés.
-...- je ne répondis pas, cherchant mes mots.
- Et toi? Qu'en penses-tu?
-... -mes lèvres me brûlaient elles avaient hâtes d'y arriver.
- Pourquoi ne réponds-tu pas?
-... - Je ne pouvais plus tenir. Mon corps se mit à refroidir.
- Tu dors ma douce? Il m'embrassa dans le creux de l'oreille.
-... - je ne pouvais plus reculer maintenant, il était trop tard. La machine s'était mise en route sans que je ne puisse y changer quoi que se soit.
- Et bien je crois que je suis tombé amoureux de toi dès le premier instant. Ta voix était merveilleuse. Et te voir a empli mon coeur d'amour à ton égard. Bon je vais te laisser dormir.
- ... - oui fui. Pars te cacher quelque part où je ne pourrais jamais te trouver. Dépêches-toi. Je ne peux plus.
- Je reviens. »

Il se leva et ne jeta pas un seul coup d'oeil vers mon corps nue. De toute façon, il l'aurait vu maintenant et il aurait tout compris. Je regardais dehors la lune était pleine. Pourquoi maintenant, pourquoi aujourd'hui alors que je venais de passer un agréable moment? Quelle vie cruelle et dure. Ma peau me brûla de plus en plus fortement. Mon nez s'allongea et mes yeux devinrent plus perçants. La transformation s'achevait. Van Asten entra alors dans le salon

La transformation continuait. Mes yeux changèrent de couleur, mes pupilles se dilatèrent. Mon nez s'allongea pour se transformer en un long museau fin. Lentement ma peau se retrouva emplie d'une fourrure douce et soyeuse. Mes longs cheveux noirs disparurent pour laisser la place à de nombreux poils. J'avais mal. C'était comme si mon coeur allait éclater. Je n'aimais pas me transformer même si j'appréciais le fait d'être plus souple, plus agile après. Je pouvais me promener pendant des heures dans Londres, sans que quelqu'un ne me repère. Ma vue était plus nette. Je pouvais voir dans le noir et à plus de quarante mètres. Mon odorat était plus fin. J'étais une bête.

Mais ce soir, j'avais peur, j'étais terrorisée que mon bel amant me voit ainsi. Soit il aurait peur, soit il chercherait à me tuer. Alors que nous nous aimions tout les deux d'un amour si pur et si doux. Nous nous respections bien plus que la plupart des autres couples qui se connaissent depuis longtemps. Je savais qu'il ne m'accepterait plus. Il ne voudrait plus de moi. Pour la première fois de ma vie ( et Dieu sait qu'elle était longue.), je priais afin que Van Asten n'entre pas maintenant dans la pièce où nous avions fait l'amour. Je cherchais une issue, un moyen de fuir et tant pis s'il croyait que je l'avait abandonné. C'était toujours mieux que de le voir souffrir.

Il n'y avait qu'une seule fenêtre, trop petite pour que je puisse y passer. Mes pattes m'empêchaient de sortir par la porte. Pourquoi avait-il fallu que je le rencontre un soir de pleine lune? De toute manière, tôt ou tard il l'aurait su et m'aurait rejetée. Mon destin était de ne jamais pouvoir vivre avec un homme. Ni même avec une femme. Mes yeux se mirent à être mouillés. Je pleurais. C'est ce moment là qu'il choisit pour entrer: c'était fini. J'allais le perdre.

La porte s'ouvrit lentement et Van Asten chantonnait. Il ne m'avait pas encore aperçut. Il me dit alors( enfin au corps humain qu'il avait quitté quelques instants plus tard):

« Mon ange, épouse-moi. Je... »

Surprise mon ange. Je ne suis plus humaine. Tu as là devant toi une créature du diable, une jeune femme maudite. Il me regardait, terrorisé. Je voyais qu'il voulait hurler mais aucun son ne sortait de sa gorge. Il réussi à articuler, non sans peine:

« Que... abomination... par tous les saints... qu'es-tu? Manuella...est-ce bien toi? Non c'est impossible. Oh mon dieu tu l'a dévorée. Créature de Satan. Hors de ma demeure. »

Je tentais de répondre mais seuls des jappements lui répondirent. Il prit alors le balai qui traînait derrière lui et me menaça avec. Je voulais lui dire que c'était moi. Que je ne lui ferais aucun mal car je l'aimais. Qu'il m'avait comblé pendant cette soirée. Que j'aurais voulu que tout se passe autrement. Mais contre moi, je grognais pour me défendre. J'avançais alors vers lui pour qu'il voit dans mes yeux la tristesse. Il prit mon mouvement pour une atteinte à sa vie. Il vacilla en arrière en s'accrochant à la petite table haute derrière lui. Un vase tomba en même temps que lui. J'entendis les morceaux de porcelaine s'incrustant dans son crâne et je sentis l'odeur du sang. Il était allongé, sans vie, baignant dans son propre sang.

Je me précipitais vers lui et me mis à hurler à la mort. Je venais de perdre mon seul amant, mon seul ami. Le seul homme que j'aimais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://174464.aceboard.fr/i-174464.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louve - Auteur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louve - Auteur
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Recherche auteur pour livre éducatif pour enfant
» Le journal de Tite Kubo! (Les interviews de l''auteur)
» P.G Wodehouse : auteur comique
» Jørn Riel, un auteur danois
» Le petit marron (auteur ?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les dragons créateurs :: LA GALLERIE DES DRAGONS :: Vos Oeuvres-
Sauter vers: